Que se passe-t-il quand une association qui gère 250 collaborateurs se voit privée de directrice du jour au lendemain ?

L’Association intercommunale de Rolle et Environs pour l’Enfance & Jeunesse nous fait part de son expérience en pareille situation.

Laurent Crampon, Président de l’association et Syndic de la commune de Bursinel, répond volontiers à nos questions.

En fait, c’est quoi EnJeu ?
C’est tout simplement l’Association intercommunale de Rolle et environs pour l’Enfance & la Jeunesse.

Son but : pourvoir aux besoins de la scolarité obligatoire et de l’accueil de jour pour les enfants qui sont domiciliés sur le territoire des 11 communes associées.

Sa mission : encadrer, coordonner et développer les activités liées à la journée de l’enfant, que cela soit dans le domaine scolaire, préscolaire ou parascolaire.

Vos premiers reflexes suite à ce départ soudain ?

Pour faire face à cette situation imprévue, nous avons immédiatement délégué deux membres de notre conseil de direction pour assurer la relève en attendant de trouver une personne plus adéquate. La priorité pour nous, c’est d’abord de rassurer les collaborateurs !

Une personne adéquate ?

Conscient que le recrutement d’un nouveau directeur prendrait du temps, nous avons recherché une personne qui soit en mesure de reprendre la direction opérationnelle de l’association au pied levé, mais de manière transitoire.

Nous avions besoin de quelqu’un qui sache gérer la crise avec calme et recul.

Où la trouver ?

Nous avons fait appel à notre réseau et il nous a été recommandé de contacter Adlatus. Lors d’un premier entretien avec le président Gérard Beuchat et le conseiller Jean-Yves Goumaz, l’association Adlatus nous a été présentée.

C’est le plus grand réseau de consultants en Suisse. Ces anciens dirigeants et managers mettent à disposition des entreprises leurs compétences et expériences.

Ce que nous avons particulièrement apprécié, c’est d’avoir eu le choix ! Adlatus Léman ne nous a pas imposé un conseiller mais nous a invité à choisir celui qui correspondrait le mieux à nos besoins.

Pour faire face à cette situation, la sérénité et le calme de Monsieur Goumaz nous ont convaincu et sa flexibilité nous a permis de démarrer rapidement.

Le rôle de Jean-Yves Goumaz, conseiller chez Adlatus ?

En janvier 2022, quand Jean-Yves nous rejoint, les différents acteurs de notre structure sont à bout de forces. Nous sortons tout juste de deux années compliquées qui ont laissé des traces, une guerre vient d’éclater et l’instabilité est à son comble. Le départ d’une directrice en poste depuis 5 ans est la goutte de trop pour nos équipes. Affaiblies, une baisse de résilience générale se fait sentir. C’est à cette fatigue généralisée que le comité de direction doit faire face. Et c’est à Jean-Yves Goumaz que la mission d’apaiser les tensions accumulées est confiée.

Il doit gérer une vingtaine de collaborateurs et reprendre le travail quotidien de l’association. C’est une structure complexe par son implication politique et par le domaine délicat qu’est l’enfance. Pourtant Jean-Yves a su compenser son manque de connaissances du métier par son expérience et son attitude.

Comment s’est déroulé le recrutement du nouveau directeur/directrice ?

Nous avons fait appel à une agence de placement pour sélectionner les dossiers et procéder aux assessments. Sur les 4 dossiers retenus, c’est finalement Madame Isabelle Houmard que nous avons engagée au 1er juin 2022.

Jean-Yves est resté pour l’accompagner dans sa prise de fonction.

Madame Houmard, qu’avez-vous pensé de ce passage de témoin ?

Ce qui m’a marqué à mon arrivée, c’est qu’elle avait été fort bien préparée. J’ai senti que Jean-Yves Goumaz avait travaillé à la transition avant que je sois là. Il est passé avec finesse du directeur opérationnel à l’accompagnateur, au mentor. Ceci a permis aux collaborateurs d’intégrer parfaitement le changement de rôle.

La posture respectueuse de Jean-Yves m’a immédiatement mise à l’aise. Il m’a accompagnée et m’accompagne encore dans certaines séances qui peuvent s’avérer plus complexes.

Collaborer avec une personne externe qui connaît si bien le fonctionnement interne permet d’obtenir des retours critiques avec le bon recul.

Mes conditions de reprise du poste ont été fortement améliorées grâce à la présence de mon mentor. Je suis reconnaissante de cet appui et je ne peux que recommander les services de Jean-Yves Goumaz.

Et vous Monsieur Crampon ? Recommanderiez-vous Adlatus ?

Adlatus oui, surtout parce que Jean-Yves a été un excellent ambassadeur ! Mais il faut relever qu’Adlatus nous a présenté la bonne personne pour la bonne situation et c’est l’une de leurs forces.

Notre comité de direction a su anticiper le risque si on n’investissait pas dans un appui externe et aujourd’hui nous sommes tous très satisfaits de cette collaboration. Nous avons gagné en termes d’efficience grâce à son intervention. En mélangeant son intelligence émotionnelle et sa vision de l’opérationnel, il a su renforcer notre structure.

De plus, Jean-Yves a une vision moderne du mangement, il n’est pas directif mais sait comment impliquer les collaborateurs dans la réflexion. Il questionne, écoute, considère.

Il ne se prend pas au sérieux mais fait les choses sérieusement.

La suite de Jean-Yves chez EnJeu ?

Jean-Yves est un atout pour notre organisation, nous ne voulons pas nous en séparer. En revanche la forme de ses interventions va évoluer. Il a commencé chez nous comme directeur ad-Intérim, puis comme mentor et il est prévu qu’il anime une formation sur la vision d’avenir de la structure. Quant au reste, c’est en cours de discussion, mais nous souhaitons profiter de ses conseils et de sa vision pour la suite d’EnJeu.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.